Bouts de chandelles ?!

Publié le par Tiémoche

        Il y a pratiquement un an, c’était les élections présidentielles. Je ne vais pas vous en reparler, ce qui a été dit a été dit. Suite à cela, les gouvernements qui se sont mis en place, notamment le gouvernement Fillon II n’ont cessé de lancer des réformes.

 

    Comme d’habitude, l’opposition se révolte et s’insurge (une opposition silencieuse ne serait-elle pas le reflet d’une dictature comme certains veulent nous le faire croire ?). Jusque là rien de choquant.

 

    Mais le petit problème du jour le voici : Mr Sarkozy se voulait le président du pouvoir d’achat, soit ; son gouvernement ayant la charge de mettre en place les réformes nécessaires. Il s’est également voulu le président qui ferait les réformes nécessaires, soit aussi. Voici donc la polémique qui gonfle ces derniers jours, après la polémique sur la carte famille nombreuse, on peut s’interroger sur la politique familiale du gouvernement.

 

    Jusqu’au 1er mai, les allocations familiales permettaient l’octroi de 34 euros par enfant et par mois à partir du 11eme anniversaire, puis de 60 euros à partir du 16eme anniversaire. Cela représentant donc 3480 euros au total sur la période.

    Après le 1er mai, les familles percevront une allocation unique de 60€ dès 14 ans, soit 2880€.

On observe donc que les ménages recevront 600€ de moins par mois.

 

        J’ai donc plusieurs interrogations :

-les allocations familiales sont perçues à partir de deux enfants, se sont donc les ménages « types » (2 adultes 2 enfants) qui seront touchés. Imaginer un couple avec un enfant au collège et l’autre au lycée, se sera 1200€ de perdus, l’équivalent d’un temps plein au SMIC. Est-ce vraiment une bonne chose pour le pouvoir d’achat alors que se sont les ménages qui consomment le plus ?

-Le gouvernement souhaite faire des économies, ce que permettrait cette réforme, environ 138 millions d’€. Quel serait l’intérêt de faire une réforme qui coûte plus cher que ce qu’elle ne coûte me direz-vous ?!

-Mais considérons une échelle de temps un peu plus vaste. Dans les 5 ans à venir, les enfants qui « bénéficieront » de cette réforme seront les enfants nés entre 1994 et 1999. C’est une période de naissance relativement faible entre le sursaut de la fin des années 80 et le début des années 90 et le regain démographique depuis 2000. Je n’ai pas fais les calculs et je n’en ai pas trouvé traces, mais il se pourrait que cette réforme ait un coup sensiblement similaire selon l’évolution démographique.

-Enfin, ce que j’espère, c’est que les 138 millions d’€ présumé économisé seront réinvestis dans des programmes porteurs d'avenir et non dédiés au service d’un déficit structurel à combler.

 

 

Rectificatif:

Avant on touché 5952€ si je ne me suis pas trompé puisque les allocations sont versées jusqu'aux 20 ans contre 4320€ après avec le nouveau système ce qui représente une perte de 1632€.

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis 20/04/2008 11:13

tu as dit "600€ de moins par mois." en faite non c'est pas par mois mais sur la période des 4ans hien, car les allocations les parent les touchesnt jusqu'a ce que l'enfant est 20 ans.si non moi ça me choque pas particulièrement il est de droite non? ben alors bande de glant fallait pas s'attendre à ce qu'il vous donne un trésor, non pendant tous les élections il vous à donner la carte au trésor p'y finallement ça c'est révélé être une boite de Pendor. Enfin rien d'étonant quoi...

Tiémoche 20/04/2008 15:06


ah oui j'ai fais une bourde je vais la corriger et en effet c'est jusqu'a 20 ans donc je vais faire un petit rappel à la fin pour corriger

ps: on dis sinon, un gland, toutes ...


david 17/04/2008 22:14

Pour une fois que je laisse un com', faut bien que je donne mon avis !Je suis presque entièrement d'accord ! :pDeux points que je souhaite relever, dont un que tu as évoqué. Les ménages n'ayant qu'un seul enfant sont largement défavorisés. Néanmoins, il faut rappeler que le but des "allocs" étaient de favoriser les naissances, donc encourager à faire plus d'un enfant ; d'où l'absence d'aides au premier enfant. C'est de là que découle le deuxième point : je croyais que la situation démographique de la France était, comme la plupart de celles des pays développés, préoccupante pour l'avenir, notamment en matière de retraites ? J'aurais cru que l'on aurait tenté d'encourager encore les naissances, alors que la baisse du pouvoir d'achat, aggravée depuis cette réforme par une baisse des allocations des ménages, ne jouent pas en cette faveur...Président des réformes ? Pour le moment, le peu qui bouge, selon moi, il bouge de travers.